A la première lecture d’une œuvre on peut ressentir le mouvement et les influences de la calligraphie mais la base de son travail reste profondément ancré dans la culture graffiti car il s’agit ici de la répétition de son «tag», son «blaze», celui qu’il a inscrit sur les murs et qui lui a donné son identité dans la rue. «L’ordre naît du désordre». C’est en se laissant aller à l’improvisation, bouleversant le mot et ses lettres de façon anarchique, et les répétant sans dessus dessous qu’il construit habilement, grâce à sa technique et la perfection des lignes, l’équilibre qu’il recherche. Il en résulte une création difficile à décoder qui s’intègre ou s’impose dans l’environnement, mélange de sensualité, d’arabesque et d’art décoratif dans un jeu de courbes rappelant tout aussi bien un monde organique que le graffiti «wildstyle» Une passerelle entre l’ancien et le moderne.

The initial decrypting of his art makes you feel the flow, the influences of calligraphy and his identity that is deeply rooted in graffiti culture. It's the obsessive repetition of his "tag" painted on public walls that gave him fame on the streets and in the scene. "Order is born of disorder" Taken away by improvisation, overthrowing the word and it's letters in an anarchic way, repeating them upside down and in an apparent disorder, he establishes thanks to his technique and to the perfection of his lines the desired harmony. The final creation integrates or imposes itself in it's environment, a modern mix of arabesque and decorative art in a playful movement of curves reminiscent of organic forms as well as graffiti "wildstyle".